Message : Himalaya pour toi, le 30 avril 2009

Lever 6h30, nous partons de SAMA GAON vers 7h45. Montée douce au milieu des porteurs, une vingtaine au moins, beaucoup de femmes et d’enfants. Arrivée vers 14 heures au camp de base à 4 900 mètres.

Après une longue remontée de moraines face à l’antécime du Manaslu, on voit très bien les traces qui contournent les séracs vers le sommet. Nous nous sommes élevés au-dessus d’un lac vert-émeraude, à moitié gelé, pris en bordure du glacier, avec de temps en temps d’énormes chutes de séracs qui font un bruit terrible.

Un enfant qui porte une petite charge, me demande sans arrêt à boire, il engloutit les lampées de thé que je lui verse dans la bouche.

Sortis de moraines, neige et à quelques 100 mètres, des drapeaux et des tentes partout: c’est le camp de base du Manaslu. Il doit y avoir une dizaine d’expéditions (les sommets Tibétains sont fermés). Nous rencontrons Laurent TERRAY qui est avec une expédition internationale. Ils sont au camp de base depuis trois semaines. Il  y a eu très peu de tentatives de sommet à cause de la neige et du vent. 5 réussissent néanmoins ces deux derniers jours: un Tchèque, deux Coréens, un Portugais et un Iranien.

À partir de 17 heures, il se met à neiger, mais nous avons des spaghettis pour dîner…

Message : expédition Manaslu 2009, 29 avril 13h (Poitiers)

29 avril 2009 : excellente nuit à SANDO ; après le petit déjeuner et rasage + lavage des pieds (un vrai luxe …), Luc exerce sur nous ses talents de kiné et d’ostéopathe ; heureusement qu’il est là !

L'expédition Himalaya pour toi a passé la nuit à SamdoMichel fait un petit vol en parapente, il est devenu la coqueluche des enfants de SAMDO.

Les familles sont arrivées au village quelques jours avant nous, elles vivent ici entre Avril et Novembre.

Rencontre très sympa avec deux instituteurs, un instituteur gouvernemental et une institutrice qui vit au village et qui est payée par l’Association SAMDO AVENIR.

Les stylos du CNED ne sont pas encore arrivés.

Déjeuner au village, puis descente à SAMA GAON, 3 heures de descente dans une forêt de bouleaux, puis de pins.

Il y a beaucoup de yacks et la végétation est très belle.

Nous avons une très grosse journée de marche demain avec 1 500 mètres de dénivelé pour arriver au camp de base du MANASLU.

Tout le monde va très bien !

Message : nouvelles de Philippe, le 28 avril 18h30 (Népal)

28 avril 2009, 18 heures 30 : J’ai passé un moment très calme à boire le thé chez l’habitant qui nous fournit l’espace cuisine. Assis à côté du poêle, c’était magique !

Florent est parti visiter le village, il y a au moins 15 maisons ; j’écris un peu et prépare la chronique pour le site.

Miraculeusement, les maux de tête se sont apaisés à la descente ; ils ont disparu (acclimatation !)

Nous avons fait le point du programme des jours prochains : nous devrions être au camp de base (5 000 mètres) jeudi 30 avril au soir.

Message : nouvelles expédition Manaslu 2009, 28 avril 7h30

28 avril 2009 : Réveil 6 heures, départ 7 heures 30 ; énorme journée avec montée au LARKIA PASS (5 200 mètres). Il n’a pas neigé depuis plusieurs jours, en dehors de trois flocons hier soir ; neige dure, mais nous restons en petites chaussures. Très beau temps toute la journée. Vues exceptionnelles sur les cascades de glace des sommets au nord, vierges pour la plupart.

La progression est lente comme prévue. Cela ne nous empêche pas de souffrir de maux de tête. Nous nous arrêtons 30 minutes au col pour manger un peu de brioche et entamons la descente vers SAMDO … interminable… (18km !).

Après 1h30 de descente, vue sur le MANASLU, face Est et notre itinéraire des jours prochains. Nous voyons des traces à la jumelle. Moment exceptionnel !

Nous arrivons au village (3 900 mètres) vers 17 heures. L’école n’est apparemment pas terminée, nous visiterons demain.

Au jour le jour : côté lecture

Florent et Philippe ont emporté des livres pour accompagner leur aventure. Trois livres pour Philippe ; un seul l’accompagnera en haute altitude.couverture livre kneale-passagers1

Les passagers anglais de Matthew Kneale

« Passionnant, inspiré, érudit, récit épique autant que conte moral, les passagers anglais ont la saveur des grands romans d’aventures d’antan, des réminiscences de Stevenson et de Jules Verne » selon Téléramacouverture livre conroy-marees1

Le prince des marées de Pat Conroy

« Avec ce roman, on touche un des sommets de la grande littérature sudiste dont Faulkner et Tennessee Williams ont montré la voie. Un grand livre selon le Figaro Magazine

couverture Livre irving-retrouv1Je te retrouverai de John Irving

« John Irving signe ici son roman le plus abouti sur l’accession à l’âge d’homme et ses droits de passage ».

 

 

…deux kilos de littérature !

Carte postale de François Damilano – 27 avril

Des nouvelles  indirectes de nos Poitevins et de l’état d’esprit général de l’expédition (chronique envoyée ce mardi 27 avril à la journaliste de Libération Voyages fr)
Bonne lecture !

Chronique d’un 8000: grains de sable et rhododendrons
Chronique’un 8000 grains de sable et rhododendrons

Au jour le jour : un chef cuisinier Népalais

Pendant tout le trek d’approche (10 jours), les repas sont préparés par un cuisinier Népalais qui suit le convoi jusqu’au camp de base. Ensuite, c’est une autre histoire… (voir billet, dans la rubrique Préparatifs, daté du 30 mars « J-19 : les premiers cartons« ) .

Nous n’avons pas la composition des menus.  En attendant d’en savoir plus, vous pouvez toujours aller déguster la cuisine Népalaise à Paris ou Toulouse. Quelques adresses trouvées sur le site France Népal/rubrique gastronomie.

Message de Philippe, dimanche 26 avril à 13h (Poitiers)

« Aujourd’hui, journée de repos à 3 700 mètres. On peut se demander pourquoi ?Petit manuel de médecine de montagne d'Emmanuel CAUCHY

La première phase d’acclimatation est la plus délicate, la plus aléatoire et est essentielle. Elle commence à 2 500 mètres et se joue avant 4 000 mètres. Les temps de la progression douce sont validés par Emmanuel CAUCHY, patron de l’IFREMMONT, qui vient de sortir un petit guide médical pour le voyage, ce qui réjouit Paulo GROBEL!

Dans le bouquin, il y a une demi-page sur les fractures des côtes et davantage sur la « tourista ». Nous sommes en plein dedans….

Pour les côtes : patience et anti-douleurs, médocs et hydratation pour le reste!

Le moral reste bon ! »

Au jour le jour : J+8 – BIMTANG

Suite au message de ce jour (26 avril), un point de repère sur la carte trajet :

Carte Manaslu avril trek 1 jaune Bimtang

Carte Manaslu 2009 : 26 avril 2009

Message de Philippe, dimanche 26 avril à 8h43 (Poitiers)

« Très grosse journée hier avec plus de 1 000 mètres de dénivelé entre 2 600 et 3 700 mètres.

Nous sommes à BIMTANG. La montée a été exceptionnelle dans une forêt de pins et de rhododendrons géants. Nous avons débouché sur un plateau qui découvre une énorme chaîne de sommets de plus de 6 000 mètres à l’ouest, au sud ouest les contreforts du Manaslu et miracle (!), au loin, très très loin, à l’arrière plan, le sommet du Manaslu qui « fume » et son monstrueux panache blanc qui laisse imaginer la puissance du vent.

Ici, à 3 700 mètres, on refroidit déjà et nous avons tous trois couches sur nous malgré le soleil.
L’arrivée à l’emplacement du camp est un soulagement pour tout le monde.
Les effets de l’altitude commencent à se faire ressentir : souffle court et léger mal de tête.
Mes côtes sont très éprouvées par les heures de marche et Florent a toujours très mal au ventre… »