Posts tagged: camp 7

Message de Philippe, vendredi 29 mai 18h (à Poitiers)

Dernière nuit à Katmandou…

Flash back (épisode 5 et fin)

Mardi 19 Mai : Nuit correcte. Beau temps. Levé 5h, départ 6h pour le dernier camp à 7400m. Hier, Luc a renoncé et est redescendu avec un sherpa. La neige devient glace, bleue, beaucoup plus dangereuse. Nous arrivons sur le dernier plateau et sommes accueillis par un alpiniste mort, qui tend la main comme pour appeler à l’aide. Séquence frisson.
Nous croisons de nombreuses tentes écrasées, j’ai l’impression d’entrer dans un cimetière. On croise quelques zombis avec des masques à oxygène qui arpentent tant bien que mal, cette immense surface de glace, casse-gueule au possible.
D’une dizaine de tentes émergent ici et là des soupirs de douleurs de ceux qui vont devoir passer une nuit à cette altitude.
L’ensemble nous fait grosse impression, je suis assez angoissé… pourtant notre petite équipe est en excellente santé et nous sommes déterminés à réussir le sommet demain. Vous connaissez la fin de l’histoire…

Aujourd’hui 29 mai : dernière nuit à Katmandou avant de reprendre l’avion.

Je veux remercier tous nos sponsors et leur donner rendez-vous fin juin pour la soirée de retour.
Un petit coucou à Fabienne et à sa famille, à Enzo et à l’équipe d’Oasis, un énorme bisou à toute l’équipe du Love Money et à notre webmaster.

Pour répondre à une question par rapport à la déception du sommet, une réponse: on est vivant, on peut apprécier ce qui a été vécu et on peut recommencer.

Dans quelques jours les premières photos de l’expédition (merci Michel).

À très vite,
Philippe

Message de Philippe (redescendu à 3.400 mètres), ce vendredi 22 mai, 18 heures (Poitiers)

7.700 mètres, altitude maximale!

Mercredi 20 mai : nous sommes au dernier camp et nous ne souffrons pas des phénomènes habituels dus à l’altitude ; nous nous sommes bien acclimatés ; nous avons beaucoup diné et petit-déjeuné. Personnellement, je ne me sens pas atteint par des troubles du comportement et suis prêt à affronter le dernier jour d’escalade pour atteindre le sommet.

La nuit est très froide. Nous nous réveillons vers 3 heures ; il nous faut 2 heures pour nous restaurer et nous équiper avant de sortir de la tente. J’ai quelques inquiétudes, l’extrémité de mes deux pouces étant un peu gelée.

Nous partons, sereins, au lever du jour.

De ce camp 7, nous avons une vue extraordinaire : en dehors du Manaslu, il n’y a aucun sommet plus haut.

Nous progressons avec prudence sur la glace vive, mais rapidement ; nos sacs sont presque vides et nous sommes très motivés.

Vers 7 heures du matin, le ciel se charge douloureusement… La décision de Paulo n’est pas discutable: nous faisons demi tour!

Nous sommes à quelques 4 heures du sommet et nous vivons ce changement de direction comme une injustice, mais nous sommes tous vivants et en bonne santé!

Dans une prochaine chronique (en principe, demain), j’expliquerai plus précisément les raisons de notre renoncement à 500 mètres du but.

Carte postale François Daminalo – 20 mai (Népal)

Le somment du Manaslu presque atteint (Photo F Damilano pour libévoyage)Presque… Quelle aventure tout de même !!!

Extrait :  « En fait, le mauvais temps est arrivé tout de suite. Beaucoup de blizzard, tout était très  sombre. On montait, montait, puis Paulo a décidé que la sécurité imposait de ne pas poursuivre. »

 

 

Pour lire la carte postale de FD (libévoyages): Chronique d’un 8000: le sommet enfui

Photo : libévoyages

Carte postale François Damilano – 19 mai (la suite)

La suite de la chronique de François Damilano, le guide caméraman de l’équipe Manaslu 2009, a été postée dans la soirée d’hier sur le site Libévoyages. On y apprend qu « un 8000, ça reste une entreprise difficile pour tout le monde ».Le film sur l'expédition sur le Manaslu projeté dans votre entreprise

Extrait : « …Les conditions de notre vie quotidienne sont dures. On est évidemment fatigués mais en revanche, on est tous en bonne santé, aucun de nous ne souffre de maux de tête ou de problème dû à l »altitude… »

Pour lire  la carte postale >>> Chronique d’un 8000 : « un 8000, ça reste une entreprise difficile pour tout le monde »

Carte postale François Damilano – 19 mai (Népal)

Photo Damilano - Manaslu2009 19  mai + texteObjectif sommet

Après le message de Philippe ce jour (voir ci-dessous), extrait de la brève chronique de François Damilano sur Libévoyages… en attendant une carte postale plus complète : « Il a fait beau aujourd’hui et nous devrions tenter l’ascension du sommet cette nuit ou demain matin très tôt. A plus tard ! »

>>> Chronique d’un 8000 : le téléphone satellite, ça ne marche pas toujours

Photo et texte : François Damilano/Libévoyages