Posts tagged: cordée

Au jour le jour : « progresser et décider ensemble »

Des grimpeurs solidairesGroupe Manaslu 2009 - Week-end préparation

A l’opposé des ascensions traditionnelles dans l’Himalaya qui voient des grimpeurs solitaires s’éparpiller le long des dénivelés considérables, le groupe des « Manaslu 2009 » a choisi de progresser en cordée c’est-à-dire ensemble, par binôme et de s’attendre régulièrement de sorte à dresser ensemble, chaque jour, les tentes en altitude.

L’hypoxie, le manque d’oxygène, altère les facultés mentales et gêne considérablement l’analyse. En haute altitude, les risques sont souvent mal évalués ; les prises de décisions aléatoires.

Des décisions mutualisées

Pour limiter ce phénomène, les grimpeurs de l’expédition ont décidé de mutualiser les prises de décision, ce qui suppose de rester groupés et de prendre le temps d’échanger.

Par exemple, la pharmacie est mutualisée de sorte qu’aucun alpiniste ne pourra s’automédicaliser sans en avoir informé le reste de l’équipe voire sans l’avis des autres grimpeurs.

Progresser et décider ensemble !

Photo : groupe des Manaslu 2009 - week-end de préparation - mars 2009

Au jour le jour : éthique et logistique

La très haute montagne autrement

Lors des deux week-ends de préparation, les « Manaslu 2009 » ont arrêté les grands principes de l’expédition. Ces points clés touchent autant à l’éthique de l’organistion qu’à la logistique :

  • épuration des moyens
  • respect de son corps, recherche d’intériorité
  • valorisation des relations entre chacun et solidarité
  • pas de camp de base luxueux, avec ordinateur et groupe électrogène
  • pas de communication extérieure en haute altitude (+ 5000m) pour préserver la concentration
  • attention particulière apportée à la préparation du matériel et à la nourriture d’altitude
  • progression encordée
  • pas d’oxygène, pas de soutien pour atteindre le camp supérieurLogo wilderness Moutain/manaslu 2009
  • pas de cordes fixes sauf nécessité absolue
  • proximité avec l’équipe Népalaise et les gens de Samdo

 

… sans oublier l’engagement de limiter l’empreinte écologique de l’expédition (gestion des déchets notamment) au sens de la Wilderness Mountain Association :

 

 

« Chacun doit s’efforcer d’effacer la moindre trace de son passage »

  

Au jour le jour : l’équipe Manaslu 2009

Qui sont les compagnons de cordée de Florent et Philippe ?

gpe-grenoble-1

Les "Manaslu 2009" (1)

Hubert, 53 ans de Grenoble – est un habitué de la haute altitude

Michel, 40 ans d’Annecy – est moniteur de parapente. Il espère voler à partir du sommet.

Laurent, 30 ans d’Annecy – est également parapentiste et affectionne les cascades de glace

Paul dit Némo, 51 ans – a déjà gravi un 8 000, le Shishapangma. Il redoute les passages à vide côté moral

gpe-grenoble-2

Les "Manaslu 2009" (2)

Pierre-Olivier dit Pierrol, 27 ans – est le benjamin de l’expédition

Luc, 61 ans – est l’aîné. Sa femme Juliette, médecin, a particulièrement soigné sa préparation

Enfin, deux guides président à la destinée de l’expédition :

François Damilano – est un des meilleurs glaciéristes au monde

Paulo Grobel – est le chef de l’expédition(www.paulogrobel.com)